Braves bêtes

Objectif du discours : persuader

Présenté par : Frédérique Garain, ancienne membre du Club Toastmasters les Explosifs de Laval

Aimez-vous les lapins ? ils sont mignons avec leurs grandes oreilles et leurs dents.

Et les poussins ? vous les aimez, avec leur plumage tout soyeux ? J’ai grandi à la campagne, j’en ai toujours été entourée.

Cependant, je ne les aime pas…

Je ne les aime pas, parce qu’à cause d’eux, je suis restée des heures, assise devant mon assiette, pleine de morceaux de viande, sous prétexte qu’on ne gaspille pas la nourriture ! Je ne les aime pas, dans mon assiette. Je suis végétarienne.

Chers collègues TM et distingués invités, je vais vous expliquer que le régime végétarien est bénéfique, pour votre santé et pour celle de la planète.

Albert Einstein disait : « Rien ne peut être aussi bénéfique à la santé humaine et augmenter les chances de survie de la vie sur terre que d’opter pour une diète végétarienne ».

Au fil des époques, de nombreuses personnes célèbres comme Léonard de Vinci, Benjamin Franklin, Mahatma Gandhi ont adopté le végétarisme. AUJ., Beyoncé, Nathalie Portman et Leonardo Dicaprio.

Il existe plusieurs types de végétarisme : ceux qui ne mangent que des fruits et légumes, noix, céréales et légumineuses sont des végétaliens. Les végétariens ajoutent les œufs et les produits laitiers (on parle de lacto-ovo végétariens). On parle de semi-végétarisme quand une personne consomme du poisson, des fruits de mer et de la volaille. De mon côté, je consomme des œufs, des produits laitiers et du poisson, mais pas de volaille.

Pourquoi est-ce bénéfique pour la santé de manger végétarien ?

Les études démontrent que le régime végétarien aide à contrer les risques d’obésité, les maladies cardiovasculaires et le diabète et certains types de cancers, notamment le cancer colorectal. Les viandes contiennent une grande quantité de graisses saturées, ce qui favorise le cholestérol. À l’opposé, la consommation de fruits et légumes apporte beaucoup de fibres, ce qui donne plus vite l’impression de satiété. Grâce aux fibres, on est repu plus vite et en plus, elles prennent soin de notre intestin.

Des chercheurs de l’Université et de l’hôpital St Michel de Toronto ont comparé les effets sur le cholestérol d’un traitement standard avec médicaments à ceux d’un régime végétarien équilibré.

Résultat : le régime végétarien permet de réduire de 29% le taux de LDL cholestérol (communément appelé « mauvais » cholestérol), comparé à 30,9% pour les médicaments.

Dans les sociétés occidentales, nous consommons trop de protéines. Comme tout excès (alcool, sucre), c’est dangereux pour la santé. Or les noix, le soja et les légumineuses apportent aussi des protéines et sont exemptes des virus et bactéries généralement associées aux viandes comme H. pylori, Campylobacter, salmonellose, encéphalopathie spongiforme bovine, etc.

Pour toutes ces raisons, réduire sa consommation de viande ou y renoncer améliorera votre santé.

Par ailleurs, la planète vous en remerciera, car la production industrielle de viande nuit fortement à l’environnement.

D’abord, on estime qu’environ 70 % des terres agricoles et 26 % de la surface terrestre sont utilisées pour l’élevage de bétail. En fait, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime que l’élevage de bétail est responsable de plus d’émissions de gaz à effet de serre (15 %) que le secteur du transport (14 %).

Ensuite, l’élevage de bovins est la principale cause de la déforestation de la forêt amazonienne. En 2009, Greenpeace présentait ainsi un rapport aussi détaillé qu’alarmant : 80% de cette jungle a été rasée pour servir de pâture au bétail (ou pour cultiver les céréales qui serviront à les nourrir). Cela représente 14% de la déforestation de la planète. De leur côté, les Nations Unies estiment que plus de 40% des forêts tropicales en Amérique Centrale ont été brûlées ou rasées. Alors qu’un hectare de forêt tropicale est capable d’absorber une tonne de CO2 par an, les hommes détruisent cette même forêt pour y installer des bovins qui relâchent d’énormes quantités de CO2. Parce que l’élevage consomme trop d’eau

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, 2,4 milliards de personnes n’auraient pas accès à l’eau potable, soit un tiers de la population mondiale. Mais à côté de ça, 70% de nos ressources en eau potable sont utilisées par le secteur agricole et la majeure partie pour l’élevage. Ainsi, environ 5 000 litres d’eau sont requis pour produire 1000 kcal d’aliments d’origine animale, tandis que 1 000 litres d’eau sont nécessaires si l’aliment est d’origine végétale. Enfin, près de 80% des émissions d’ammoniac proviennent de l’élevage. Celui-ci se dissout dans les précipitations, ce qui provoque des pluies acides. Pluies qui vont détruire les éléments nutritifs du sol.

Parce que la consommation de viande contribue à la famine. En effet, plus de la moitié des cultures céréalières servent à nourrir le bétail, quand on pourrait nourrir les hommes. Au moins 80% des cultures mondiales de soja et plus de 50% des cultures de maïs se retrouvent dans l’assiette des animaux d’élevage. Les élevages sont de véritables usines à dilapider les protéines. Ainsi, pour obtenir 1 kg de protéines de poulet, de porc ou encore de bœuf, il faut respectivement et en moyenne 5 kg, 7 kg et 15 kg de protéines végétales. Pour obtenir une seule calorie sous forme de viande, il faut en moyenne 7 calories d’origine végétale. Par ailleurs, quand on consomme un steak, on consomme 10 fois plus d’eau que si l’on consomme des légumes, des céréales ou des légumineuses, car il faut au moins 20 000 litres d’eau pour produire 1 kg de viande d’aliments végétaux.

Manger végé, c’est simple, sain, facile et altruiste.

Quand quelque chose est aussi bon, pourquoi s’en priverait-on? Aussi je vous invite, chers collègues Toastmasters et distingués invités, à tenter, un ou deux jours par semaine, de ne pas consommer de viande.